Groupe Helios
  • Header

Étapes de la vie

  • Le couple

    Tomber en amour, quelle belle aventure! Des nouveaux projets, des changements qui bousculent notre vie, des rêves à long terme : vivre ensemble, acheter une propriété, pour certains se marier ou avoir des enfants, peut-être même unir nos chemins professionnels.

    Partager sa vie et ses projets avec l’autre, c’est aussi partager ses obligations et ses responsabilités. Un banal accident ou la maladie peut faire en sorte qu’un des deux conjoints se retrouve à tout assumer seul : enfants, maison, voiture, et parfois même l’entreprise familiale… en plus des dépenses imprévues causées par l’événement lui-même (maladie, invalidité ou décès).

    Les programmes gouvernementaux existent, mais cette aide sera-t-elle suffisante? Et sera-t-elle toujours à la hauteur? Il convient de ne pas attendre qu’une telle situation se produise pour y faire face. Une couverture d’assurance adaptée et personnalisée est la meilleure protection face aux imprévus de la vie.

    Prévoir les situations problématiques et s’en protéger, c’est aussi ça la vie à deux!

    Pour plus d’informations, contactez-nous ou envoyez une demande de soumission en ligne.

  • Les enfants

    Devenir parent est un des plus beaux cadeaux de la vie. Nous voilà responsables d’un petit enfant et nous voulons lui offrir le maximum pour assurer son bien-être et son avenir.

    Malheureusement, on ne peut pas toujours les protéger de tout. Il peut arriver qu’un enfant soit victime d’un accident ou d’une maladie assez grave pour que ses capacités ou même sa vie soit en danger.

    Si on ne connait pas l’avenir, on peut toujours être prévoyant. Une protection adaptée pourrait nous donner les moyens de faire soigner notre enfant plus rapidement, d’avoir accès à de meilleurs soins ou à de nouveaux traitements etc.

    Se préparer au pire, c’est aussi ça être parent!

    Pour plus d’informations, contactez-nous ou envoyez une demande de soumission en ligne.

  • La première maison

    La maison est, pour la plupart d’entre nous, l’investissement le plus important de notre vie. En général, l’achat d’une première maison s’accompagne d’une hypothèque importante et le prêteur (par ex. une banque) offre ou même exige une assurance hypothécaire pour couvrir le solde du prêt en cas de décès, ou un congé de primes en cas d’incapacité.

    Trop souvent, parce c’est simple et rapide, nous prenons l’assurance hypothécaire offerte par le prêteur, dont le coût est intégré à celui de l’hypothèque. Or, dans une grande majorité des cas, cette protection coûte plus cher que si on l’obtient directement d’un assureur reconnu, après avoir comparé.

    Même si le prêteur exige la protection de l’assurance, il ne peut exiger qu’on prenne celle qu’il nous offre. Et même si on a déjà souscrit à l’assurance du prêteur, on peut à tout moment la remplacer sans pénalités par une protection équivalente à coût moindre.

    C’est important de magasiner son hypothèque, mais ça l’est aussi de magasiner son assurance hypothécaire!

    Pour plus d’informations, contactez-nous ou envoyez une demande de soumission en ligne.

  • Les études

    Notre pays est l’un des plus riches au monde. Bien que notre économie soit en bonne partie basée sur les ressources naturelles, notre société en est une de technologie et d’expertise. De plus en plus d’emplois exigent le diplôme de baccalauréat. La surenchère de compétences pour un même poste est devenue chose courante, et cette tendance ne peut que s’accentuer.

    Les études universitaires coûtent très cher, environ 10 000 $ par session régulière. À ce montant, il faut ajouter les frais connexes comme les livres, le logement, le transport, la nourriture, etc. Le coût total d’un baccalauréat est actuellement de 65 000 $ pour un québécois ne vivant plus chez ses parents. On estime que ce coût grimpera à 115 000 $ d’ici 2031.

    Heureusement, au Québec, le gouvernement absorbe plus de 80% des frais de scolarité. Mais au vu de la situation des finances publiques, pour combien de temps encore le gouvernement pourra-t-il continuer d’assumer ces coûts? Même pour les parents, il pourrait alors devenir très difficile de payer les études universitaires des enfants, si l’on ne s’est pas préparé à l’avance.

    En commençant tôt à épargner, on peut, encore aujourd’hui, profiter de généreuses subventions gouvernementales aidant à constituer un bon fonds pour les études des enfants.

    Et si notre enfant ne poursuit pas ses études, la mise de fonds est alors récupérable. Ça vaut le calcul!

    Pour plus d’informations, contactez-nous ou envoyez une demande de soumission en ligne.

  • L’enrichissement

    Nous savons tous que nous devons nous mettre de l’argent de côté, mais ce n’est pas toujours facile. La majorité d’entre nous avons une multitude d’obligations financières à honorer à tous les mois. Une hypothèque, l’épicerie, l’électricité, les impôts, les études des enfants etc.

    Une fois par année, vers la fin de février, nous faisons, au meilleur de nos moyens, notre cotisation REER dans le but de recevoir un généreux retour d’impôt. Mais pourquoi ne le faire qu’à ce moment de l’année?

    En fait, il est prouvé que cette même contribution, placée dans les mêmes produits, si elle est répartie l’année durant procurera un rendement total supérieur à celui qu’on aurait obtenu avec un seul versement. En plus, elle est généralement plus facile à faire, parce qu’après un certain temps elle est incluse dans le budget.

    Un homme de 30 ans par exemple, cotisant 2600 $ par année, à 6% de rendement moyen par an, aura, à l’âge de 65 ans, 289 730 $ de côté. Toutefois, s’il place 50$ par semaine (ce qui fait le même total annuel), il aura alors 310 106$ de côté (soit plus de 20 000 $ de mieux) sans effort supplémentaire!

    L’épargne régulière, plus facile que l’épargne forcée!

    Pour plus d’informations, contactez-nous ou envoyez une demande de soumission en ligne.

  • La retraite

    Pour la plupart d’entre nous, la retraite est l’aboutissement d’une longue carrière de plusieurs années passées sur le marché du travail. Pour en profiter pleinement, il faut conserver un niveau de vie au moins comparable à celui qu’on a eu durant toutes nos années de travail.

    Pour y arriver, on ne peut pas miser seulement sur les rentes gouvernementales; la majorité des gens n’y arriveront qu’en comptant sur eux-mêmes. Malheureusement, on sous-estime trop souvent nos besoins, ou bien on s’occupe trop tard de notre retraite.

    Pour évaluer nos besoins à la retraite, il faut tenir compte de notre rythme de vie, de l’inflation, de la plus grande longévité par rapport aux générations précédentes, des médicaments plus coûteux et des budgets gouvernementaux plus serrés (à cause du vieillissement de la population). Pour préserver un niveau de vie acceptable, il faut bien calculer et y penser le plus tôt possible.

    Notre retraite sera plus rapide, plus facile et plus généreuse si on commence à y penser maintenant!

    Pour plus d’informations, contactez-nous ou envoyez une demande de soumission en ligne.

  • La maladie

    "Mieux vaut être riche et en santé que pauvre et malade!" disait un humoriste bien connu. Il est clair qu’être à la fois pauvre et gravement malade, c’est une chose qu’on ne souhaite à personne.

    Lorsqu’une maladie est assez grave pour nécessiter d’urgence des soins très coûteux (par ex. cancer, ACV, problème cardiaque, etc.), le coût des traitements peut mettre en péril la sécurité financière. Pour un homme de 30 ans non-fumeur, le risque de tomber gravement malade avant la retraite est de 27%.

    Si on ne peut prédire la maladie, on peut toujours planifier de façon à en diminuer les impacts. Une assurance maladies graves fonctionne un peu comme une assurance vie, sauf que c’est le diagnostic qui déclenche le paiement de la couverture d’assurance (sauf si le décès survient dans les 30 jours). Ce montant peut être largement suffisant pour couvrir tous les frais médicaux, traitements et médicaments nécessaires, et il peut même en rester amplement pour compenser les pertes subies (salaire ou entreprise), et même plus. En outre, ce type d’assurance peut comporter des avantages fiscaux très intéressants… et les primes peuvent être entièrement remboursables si on ne réclame pas.

    Rester ou redevenir riche et en santé, c’est possible !

    Pour plus d’informations, contactez-nous ou envoyez une demande de soumission en ligne.

  • L’invalidité

    Nous espérons tous avoir une vie bien remplie, en pleine possession de nos capacités et en contrôle de nos projets. Mais il peut arriver qu’une maladie ou un accident nous laisse soudainement diminué ou invalide, souvent de façon temporaire, parfois pour longtemps.

    Pour un homme de 30 ans non-fumeur, la probabilité d’une invalidité avant la retraite est de 36%. L’invalidité, quelle que soit sa durée, peut occasionner des dépenses imprévues, mais le plus souvent, ce sont les pertes de revenus qui engendrent le plus de soucis. Certains seront éligibles aux prestations de la CSST mais celles-ci ne seront probablement pas suffisantes pour couvrir tous les besoins. Et plusieurs travailleurs ne sont pas ou peu protégés par leur employeur.

    Une assurance invalidité permet d’obtenir un remplacement substantiel du revenu, et ainsi éviter des pertes trop lourdes durant une absence plus ou moins longue (voire permanente). En général le niveau de couverture est basé sur le revenu habituellement déclaré, et le coût de la protection dépend du plan choisi et du risque d’invalidité associé au travail (par exemple, une jambe dans le plâtre peut causer l’invalidité d’un plombier, mais pas celle d’un comptable).

    L’invalidité temporaire est un des ‘imprévus’ les plus fréquents de la vie. Ça vaut la peine de savoir qu’on aura les moyens de la traverser sans tracas financiers!

    Pour plus d’informations, contactez-nous ou envoyez une demande de soumission en ligne.

  • Le décès

    Qui veut penser à la mort? Surtout quand on est jeune! Malheureusement, la mort (et les taxes) est la seule certitude de la vie, et la seule chose que l’on a tous en commun. C’est pourquoi, quand on pense à l’assurance vie, ce n’est pas le décès lui-même qui est le risque, mais plutôt le décès prématuré.

    Ce qui fait qu’un décès est prématuré, c’est son caractère imprévu. Ça peut arriver n’importe quand, d’où l’importance de prévoir les frais, les impôts et les pertes qui suivront.

    En plus de couvrir le risque d’un départ imprévu, une assurance vie peut être conçue pour en retirer des avantages à long terme. Dans bien des cas, ces avantages peuvent même dépasser le coût total de la protection. Il y a plusieurs types d’assurance vie, et certaines offrent des possibilités qui sont souvent surprenantes!

    On ne peut remplacer un être cher, mais on peut faire en sorte de ne pas être accablé financièrement durant le deuil. Il restera alors les souvenirs. Pas les dettes!

    Pour plus d’informations, contactez-nous ou envoyez une demande de soumission en ligne.

Nous joindre

Contactez-nous pour toutes questions
ou pour prendre rendez-vous.

Contactez-nous

Notre mission

Groupe Hélios se démarque des institutions financières et des autres cabinets de services financiers par sa structure à la fois intégrée de Back Office et sa totale indépendance pour offrir à ses clients la plupart des produits disponibles sur le marché.